Quiz traitements VIH

Il existe de nombreuses informations disponibles sur le VIH et ses traitements…tant d’informations qu’il est parfois difficile de savoir si elles sont fiables.

Démêler le vrai du faux et faire la part des choses parmi toutes les idées reçues autour du VIH aujourd’hui est pourtant très important : mieux comprendre votre prise en charge peut en effet vous aider à mieux vivre avec la maladie.

Découvrez notre quiz et toutes les réponses aux questions que vous vous posez sûrement !

Question 1

Tous les traitements antirétroviraux entrainent des effets indésirables. Donc quelque soit le traitement que mon médecin me prescrit, je présenterai forcément des effets indésirables.

FAUX
Comme pour tout traitement, les effets indésirables que vous pouvez rencontrer dépendent des médicaments qui vous sont prescrits : certains effets indésirables sont plus fréquents avec certains types d’antirétroviraux. [EACS, Hima Bindu 2011] Par ailleurs, les effets indésirables ne se manifestent pas obligatoirement chez tous les patients : vous pouvez avoir une expérience différente d’un autre patient ayant le même traitement que vous. Les effets indésirables peuvent avoir différents niveaux de gravité qui peuvent également changer au cours du temps.

Question 2

Le seul but de mon traitement, c’est de diminuer ma charge virale.

FAUX

C’est en effet son objectif principal, mais ce n’est pas le seul ! D’autres objectifs sont visés par le traitement : être bien toléré, permettre de préserver une bonne qualité de vie, et réduire le risque de transmission du VIH. [Morlat initiation p4] Pour la majorité des patients, l’indétectabilité doit être atteinte après 6 mois de traitement. On parle d’indétectabilité lorsque la charge virale est inférieure à 50 copies d’ARN du VIH par millilitre de sang. [Morlat initiation p7, Morlat dépistage p18] Ce seuil est important car il a été démontré qu’une charge virale indétectable permet de prévenir le risque de transmission du virus au partenaire. Le traitement ARV constitue ainsi un moyen performant pour réduire le risque de transmission du VIH. [Morlat dépistage p18, Morlat initiation p5]

Question 3

Une fois le traitement débuté, je ne pourrai plus en changer.

FAUX
Une fois le succès virologique atteint (c’est-à-dire que la quantité de VIH dans le sang, ou charge virale, est tellement basse que le virus ne peut pas être détecté lors des examens biologiques, vous êtes « indétectable »), le traitement ARV que vous suivez doit être réévalué tous les ans pour s’assurer qu’il est toujours bien toléré et efficace. [Morlat prévention et dépistage p18] À ce titre, n’hésitez pas à évoquer avec votre médecin les éventuelles difficultés que vous rencontrez avec votre traitement.
Si besoin, ce traitement pourra être optimisé, de manière à être mieux toléré et à gagner en simplicité d’administration. [Morlat optimisation p4]

Question 4

Si on change mon traitement, il risque d'être moins efficace et je risque d'avoir des problèmes de tolérance.

FAUX
Changer le traitement, c’est lui permettre de mieux vous correspondre, mais c’est aussi maintenir son activité sur le VIH.
Selon vos besoins, il pourra s’agir de prévenir la survenue de certains troubles (par exemple au niveau des reins, des os ou du système cardiovasculaire) [Morlat Opti p16-20], tout en maintenant l’efficacité du traitement. [Morlat Opti p4, Troya p134, p136]
Le changement de traitement pourra également avoir comme objectif de mieux correspondre à votre mode de vie, par exemple en diminuant le nombre de prise de comprimé à prendre chaque jour. [Morlat Optimisation p4, Troya p134]
Il est important de noter qu’après toute modification du traitement, un suivi rapproché est mis en place pour s’assurer que l’indétectabilité est maintenue. [Morlat Opti p7]
Le changement de traitement pourra également avoir comme objectif de mieux correspondre à votre mode de vie, par exemple en diminuant le nombre de prise de comprimé à prendre chaque jour. [Morlat Optimisation p4, Troya p134]
Il est important de noter qu’après toute modification du traitement, un suivi rapproché est mis en place pour s’assurer que l’indétectabilité est maintenue. [Morlat Opti p7]

Question 5

Il est parfaitement normal de discuter de mon traitement avec mon médecin, même si il est efficace et bien toléré.

VRAI

L’optimisation du traitement ne s’envisage pas seulement quand des troubles apparaissent : changer le traitement s’envisage également pour prévenir la survenue de certains troubles. [Morlat opti p4]
Vous pouvez tout à fait discuter avec votre médecin de votre traitement et des changements que vous souhaiteriez, comme 71 % des personnes interrogées lors de l’étude Positive Perspectives qui indiquent être très à l’aise pour évoquer leurs inquiétudes avec leur médecin référent dans le VIH.[Young 2017]


« Positive Perspectives » est une enquête qualitative détaillée (questionnaire en ligne) menée dans 9 pays (Australie, Canada, Etats-Unis, Autriche, France, Allemagne, Italie, Espagne, Royaume-Uni) de novembre 2016 à avril 2017. Les personnes vivant avec le VIH étaient éligibles à cette enquête si elles avaient plus de 18 ans et étaient séropositives. Le processus de sélection des participants impliquait la réalisation d’un pré-questionnaire suivi d’un entretien téléphonique. [Murungi]

Question 6

Si je change de traitement, il est possible que cela pose problème par rapport aux autres médicaments que je prends (interactions médicamenteuses).

FAUX et VRAI
FAUX car le changement de traitement ARV peut bien au contraire avoir pour objectif de prévenir et de prendre en charge ces interactions médicamenteuses, c’est-à-dire les troubles qui surviennent lorsque deux médicaments incompatibles se rencontrent dans l’organisme. [Morlat opti p4]
VRAI car lorsqu’un traitement (traitement du VIH ou un autre) est changé ou ajouté, certaines interactions médicamenteuses doivent être gérées. C’est ainsi le cas quand un patient vivant avec le VIH présente un taux élevé de cholestérol qui nécessite la mise en place d’un traitement spécifique en plus du traitement ARV (par exemple le dosage des statines devra être adapté en début de traitement). [Morlat pharmacologie p 8-9]

Question 7

Tous les traitements contre le VIH sont toxiques sur le long terme. L’efficacité du traitement est indissociable des effets indésirables.

FAUX
La toxicité sur le long terme des traitements ARV est en effet une préoccupation fréquente : il est légitime que vous vous posiez cette question, comme 72 % des personnes vivant avec le VIH [Young 2017]
Ce n’est en revanche pas une fatalité, pour plusieurs raisons :
La prise en charge du VIH a évolué et de nouveaux traitements, moins toxiques que les précédents, sont maintenant disponibles. [Troya p128]
Par ailleurs, limiter la toxicité potentielle des traitements est un objectif pour la prise en charge. [Morlat Initiation p4, Troya p136]
En effet, pour maintenir le succes virologique sur le long terme, il est important de faire en sorte que le traitement soit bien toléré et qu’il préserve le plus possible votre qualité de vie. [Troya p129] Cet objectif est atteignable car il existe a ce jour un nombre important d’options thérapeutiques disponibles. [Troya p134]
« Positive Perspectives » est une enquête qualitative détaillée (questionnaire en ligne) menée dans 9 pays (Australie, Canada, Etats-Unis, Autriche, France, Allemagne, Italie, Espagne, Royaume-Uni) de novembre 2016 à avril 2017. Les personnes vivant avec le VIH étaient éligibles à cette enquête si elles avaient plus de 18 ans et étaient séropositives. Le processus de sélection des participants impliquait la réalisation d’un pré-questionnaire suivi d’un entretien téléphonique. [Murungi]

Question 8

Je peux décider moi-même d’adapter mon traitement et de ne le prendre que quelques
jours par semaine.

FAUX
Il est légitime de souhaiter que votre traitement bouscule le moins possible votre vie quotidienne. Cependant, il faut garder à l’esprit qu’être observant, c’est-à-dire bien respecter les indications de votre médecin, permet d’éviter des situations critiques telles que l’émergence de virus résistants aux traitement ou un échec thérapeutique. [Morlat suivi p14]
D’ailleurs des solutions plus sûres existent probablement : il est aujourd’hui possible d’adapter votre traitement à votre mode de vie grâce aux nombreuses options thérapeutiques disponibles. [Troya p134] Ainsi n’hésitez pas à parler des difficultés que vous rencontrez à votre médecin, en particulier si vous constatez que votre traitement ne correspond pas à votre rythme de vie, ou simplement par ce que vous souhaitez en savoir plus sur les options qui permettraient de simplifier votre traitement tout en maintenant son efficacité.

 

 

N'hésitez pas à parler avec votre médecin, il pourra répondre à vos questions et vous conseiller tout au long de votre prise en charge.

Vrai Faux
Précédent Suivant
  1. EACS. Recommandations version 9.0 – Octobre 2017.
  2. Hima Bindu A, Naga Anusha P. Adverse effect of Highly Active Anti-Retroviral Therapy (HAART). J Antivir Antiretrovir 2011;3:60-64.
  3. Prise en Charge Médicale des Personnes Vivant avec le VIH - Sous la direction du Pr Philippe Morlat et sous l’égide du CNS et de l’ANRS – Initiation d’un premier traitement antirétroviral - Mise à jour avril 2018.
  4. Prise en Charge Médicale des Personnes Vivant avec le VIH - Sous la direction du Pr Philippe Morlat et sous l’égide du CNS et de l’ANRS – Prévention et dépistage - Mise à jour avril 2018.
  5. U=U taking off in 2017. Lancet HIV 2017;4:e475. [DOI: 10.1016/S2352-3018(17)30183-2.]
  6. Prise en Charge Médicale des Personnes Vivant avec le VIH - Sous la direction du Pr Philippe Morlat et sous l’égide du CNS et de l’ANRS – Optimisation d’un traitement antirétroviral en situation de succès virologique – Mise à jour juillet 2017
  7. Prise en Charge Médicale des Personnes Vivant avec le VIH - Sous la direction du Pr Philippe Morlat et sous l’égide du CNS et de l’ANRS – Optimisation d’un traitement antirétroviral en situation de succès virologique – Mise à jour juillet 2017.
  8. Troya J, Bascuñana J. Safety and Tolerability: Current Challenges to Antiretroviral Therapy for the Long-Term Management of HIV Infection. AIDS Rev 2016;18:127-37.
  9. Prise en Charge Médicale des Personnes Vivant avec le VIH - Sous la direction du Pr Philippe Morlat et sous l’égide du CNS et de l’ANRS – Optimisation d’un traitement antirétroviral en situation de succès virologique – Mise à jour juillet 2017.
  10. Young B, et al. Patient Experience & Views on Antiretroviral Treatment – Findings from the Positive Perspective study (conférence ID Week), 4-8 octobre 2017, San Diego, États-Unis. n = 1 111.
  11. Murungi A, et al. Experience of living with HIV: Diagnosis & Disclosure – findings from the Positive Perspectives study. Presented at the IAS Conference on HIV Science (IAS 2017), 23 26 July 2017, Paris, France. Poster : WEPED1423.
  12. Prise en Charge Médicale des Personnes Vivant avec le VIH - Sous la direction du Pr Philippe Morlat et sous l’égide du CNS et de l’ANRS – Optimisation d’un traitement antirétroviral en situation de succès virologique – Mise à jour juillet 2017.
  13. Prise en Charge Médicale des Personnes Vivant avec le VIH - Sous la direction du Pr Philippe Morlat et sous l’égide du CNS et de l’ANRS – Annexe pharmacologie- Mise à jour mars 2018.
  14. Young B, et al. Patient Experience & Views on Antiretroviral Treatment – Findings from the Positive Perspective study (conférence ID Week), 4-8 octobre 2017, San Diego, États-Unis. n = 1 111.
  15. Murungi A, et al. Experience of living with HIV: Diagnosis & Disclosure – findings from the Positive Perspectives study. Presented at the IAS Conference on HIV Science (IAS 2017), 23 26 July 2017, Paris, France. Poster : WEPED1423.
  16. Prise en Charge Médicale des Personnes Vivant avec le VIH - Sous la direction du Pr Philippe Morlat et sous l’égide du CNS et de l’ANRS – Initiation d’un premier traitement antirétroviral - Mise à jour Mise à jour Avril 2018.
  17. Prise en Charge Médicale des Personnes Vivant avec le VIH - Sous la direction du Pr Philippe Morlat et sous l’égide du CNS et de l’ANRS – Optimisation d’un traitement antirétroviral en situation de succès virologique – Mise à jour juillet 2017.
  18. Troya J, Bascuñana J. Safety and Tolerability: Current Challenges to Antiretroviral Therapy for the Long-Term Management of HIV Infection. AIDS Rev 2016;18:127-37.
  19. Prise en Charge Médicale des Personnes Vivant avec le VIH - Sous la direction du Pr Philippe Morlat et sous l’égide du CNS et de l’ANRS – Optimisation d’un traitement antirétroviral en situation de succès
    virologique – Mise à jour juillet 2017.