La relation patient-médecin : ouvrez la porte au dialogue

Partage des inquiétudes avec son médecin ?

Pour y répondre, ViiV Healthcare a réalisé une enquête internationale auprès de 1 111 personnes vivant avec le VIH (PVVIH). 1

En France, une enquête spécifique a été menée auprès de 105 PVVIH. Les résultats ont montré que, même si les patients ressentaient des effets indésirables, ils n'en parlent pas forcément avec leur médecin.

Face à ce constat, ViiV Healthcare lance le programme « Ouvrez la porte au dialogue » avec un outil simple mais efficace, déjà adopté par de nombreux médecins à travers toute l’Europe : un accroche-porte.

En installant un accroche-porte à l’entrée de son bureau, le médecin indique qu’il est ouvert au dialogue et à l’écoute du patient, ce qui incite ce dernier à partager ses besoins, ses craintes et ses interrogations du quotidien.

La vidéo ci-dessous rapporte les témoignages de médecins et de patients participant à la campagne « Ouvrez la porte au dialogue ».
 


Pourquoi le dialogue patient-médecin est-il si important ?3-6

L'écoute et la relation de confiance sont des prérequis pour une prise en charge efficace. Les PVVIH qui se sentent acteurs de leur propre santé sont plus probablement satisfaites de leur traitement et partagent plus facilement sur les problèmes liés au traitement et en particulier sur leurs effets secondaires.3

Au cours de chaque consultation et dans le but d’optimiser et d’adapter la prise en charge, il est recommandé que le patient partage avec son médecin :

  • les informations d’ordre médical : difficultés de prise du traitement, effets indésirables, problèmes de santé, prise de nouveaux médicaments, recours à des thérapeutiques alternatives…
  • les informations d’ordre personnel : craintes, interrogations, statut tabagique, consommation d’alcool, vie sexuelle … (mode de vie en général)
  • ses projets de vie : grossesse, voyage, nouvelle rencontre amoureuse, anticiper l’avancée dans l’âge…

Tous les détails qui peuvent paraître sans relation avec le traitement ont au contraire un impact majeur.

Que faire pour améliorer le dialogue patient-médecin ?

Le médecin n’est pas là pour juger son patient ou son mode de vie.

Voici quelques conseils simples destinés au patient :

  • sentez-vous à l’aise pour échanger librement avec votre médecin.
  • si vous êtes stressé(e) ou si vous avez peur d’oublier de tout lui dire, vous pouvez préparer une liste des sujets dont vous voulez discuter avec lui.
  • pour commencer, vous pouvez lui parler de votre traitement : régularité des prises, effets indésirables…
  • par la suite, vous pouvez évoquer vos autres potentiels problèmes de santé et les médicaments que vous prenez pour les gérer.
  • puis, partagez avec lui vos problèmes quotidiens. Parlez-lui de vos inquiétudes et vos interrogations, de votre mode de vie et de tout ce qui pourrait impacter, en positif ou en négatif, votre état de santé.

« Positive Perspectives » est une enquête qualitative internationale menée dans 9 pays (Australie, Canada, Etats-Unis, Autriche, France, Allemagne, Italie, Espagne, Royaume-Uni) de novembre 2016 à avril 2017. Elle a été réalisée auprès de 1 111 personnes vivant avec le VIH afin de mieux comprendre les besoins réels et préoccupations de vie des PVVIH et de leurs partenaires. Les PVVIH étaient éligibles à cette enquête si elles avaient plus de 18 ans et étaient séropositives.5

En France, une enquête spécifique a été menée auprès de 105 PVVIH entre septembre 2017 et mai 2018. Elle a été promue par les associations engagées d’une part, et diffusée sur les réseaux sociaux et forums dédiés d’autre part. Ainsi, les participants devaient remplir un questionnaire en ligne.1

  1. Murungi A, et al. Experience of living with HIV : Diagnosis & Disclosure – findings from the Positive Perspectives study. Presented at the IAS Conference on HIV Science (IAS 2017), 23-26 July 2017. Paris, France. Poster : WEPED1423. n = 1 085.
  2. Étude Positive Perspectives France 2018, Données internes.
  3. Guitart J, et al. Does involving people in treatment decesion reduce barriers to adherence to antiretroviral therapy ? Results from the positive perspecives study 2016-2017.
  4. AIDES. Vie positive. Vivre avec le VIH et/ou une hépatite virale. Sexualité, droits, soin de soi, traitements. 2015.
  5. Rapport Morlat. Prise en charge médicale des personnes vivant avec le VIH. Suivi de l’adulte vivant avec le VIH et organisation des soins. Avril 2018.
  6. Rapport Morlat. Prise en charge médicale des personnes vivant avec le VIH. Optimisation d’un traitement antirétroviral en situation de succès virologique. Juillet 2017.