VIH : quels traitements ?

Aujourd'hui, il existe différents types de traitements contre le VIH. Ces traitements sont également appelés « classes » de médicaments selon le jargon médical.1
Découvrez au travers de cet article leurs modes d'action et les derniers progrès réalisés dans la prise en charge de l’infection par le VIH.1

En général, les traitements sont composés d’une association de deux classes différentes d’antirétroviraux qui permettent de contrôler au mieux le VIH.1
Ils peuvent être prescrits en un ou plusieurs comprimés, à prendre une ou deux fois par jour, selon ce qui a été défini entre le médecin et la personne séropositive.1

Afin d’en savoir plus, sélectionnez la classe de médicament du VIH dans la liste ci-dessous.
Si certains termes ou phrases ne vous sont pas familiers, vous pouvez lire notre article sur le VIH et ce que signifie "avoir une charge virale indétectable". Une partie de la terminologie est également expliquée dans la partie « définitions » ci-dessous.

  • Pour répliquer son ADN et donc se multiplier, le VIH détourne les mécanismes habituellement utilisés pour la production de cellules immunitaires. Ce « piratage » par le VIH se fait au moyen d’une enzyme, appelée transcriptase inverse.3
    En bloquant cette enzyme, les INTI empêchent la production d’ADN viral et donc la multiplication du virus.4

  • Les INNTI agissent de la même manière que les INTI mais possèdent une structure différente. Pour répliquer son ADN et donc se multiplier, le VIH détourne les mécanismes habituellement utilisés pour la production de cellules immunitaires. Ce « piratage » par le VIH se fait au moyen d’une enzyme, appelée transcriptase inverse.3
    En bloquant cette enzyme, les INNTI empêchent la production d’ADN viral et donc la multiplication du virus.4

  • Après avoir infecté la cellule immunitaire, l’ARN viral est transformé en ADN, puis l’ADN est transporté dans le noyau de la cellule immunitaire CD4 à l’aide d’une enzyme appelée intégrase.
    Les inhibiteurs de l’intégrase interfèrent avec cette enzyme, empêchant le virus d’injecter son ADN viral dans les cellules immunitaires.3

  • Les IP interfèrent avec la protéase du VIH. En empêchant cette enzyme de fonctionner correctement, ils bloquent l’assemblage des nouvelles protéines virales et ainsi la création de nouvelles particules du VIH.3

On dispose actuellement de nombreux médicaments contre le VIH, parmi lesquels des combinaisons de deux ou plusieurs classes de substances sont rassemblées en un seul comprimé. Le médecin et la personne vivant avec le VIH détermineront ensemble le traitement qui conviendra le mieux.

Glossaire

Cellules T CD4 : encore appelées lymphocytes T4, c’est un type de cellules du système immunitaire qui aident à combattre des infections. Non traité, le VIH peut faire baisser le nombre de cellules T CD4.

ADN : molécule contenant l’information génétique d’un organisme. L’acide désoxyribonucléique (ou ADN) définit les instructions nécessaires au développement et au fonctionnement normal d’un organisme. Il est également important pour la reproduction. Le VIH ne stocke pas son information génétique sous forme d’ADN.

Enzyme : molécule qui aide au démarrage et/ou à l’accélération d’une réaction chimique dans l’organisme.

Intégrase : type d’enzyme utilisée par le VIH pour faciliter l’insertion de son ADN dans l’ADN des cellules T CD4 humaines.

Membrane cellulaire : enveloppe séparant l’intérieur d’une cellule de son environnement externe. La membrane protège la cellule et permet à certaines molécules d’y entrer ou d’en sortir.

Protéase : type d’enzyme cellulaire. Le VIH se sert des protéases pour produire des protéines utilisées dans la création de nouvelles particules de VIH.

Transcriptase inverse : type d’enzyme utilisée par le VIH pour convertir son ARN en ADN.

ARN : longue molécule similaire à l’ADN et utilisée par quelques organismes pour stocker leur information génétique. Le VIH stocke son information génétique sous forme d’ARN.

  1. Prise en Charge Médicale des Personnes Vivant avec le VIH - Sous la direction du Pr Philippe Morlat et sous l’égide du CNS et de l’ANRS –Initiation– Mise à jour Avril 2018.
  2. Briz V, et al. HIV entry inhibitors: mechanisms of action and resistance pathways. J Antimicrob Chemother 2006;57:619–27.
  3. Girard P-M, Katlama C, Pialoux G, dir (2011). VIH, édition 2011 - Rueil-Malmaison: Doin. ISBN 978-2-7040-1302-9. 839 p370.
  4. Sarafianos S. G. et al. Structure and function of of HIV-1 Reverse Transcriptase: molecular mechanisms of polymerization and inhibition. J. Mol. Biol 2009; 385: 693–713.