Ce qu’il faut savoir sur le traitement au long cours du VIH

Que tu viennes de commencer ton TAR ou que tu prennes des médicaments depuis plusieurs années, il est important que tu les prennes selon les prescriptions de ton médecin pour contrôler au mieux ton VIH.

Comme pour d’autres médicaments, il se peut que tu t’interroges sur les effets qu’ils pourraient avoir sur ta santé avec le temps. Clique sur les questions ci-dessous pour en savoir plus sur les TAR, et n’oublie pas qu’il est important que tu parles à ton médecin de tout ce qui pourrait te préoccuper.   

  • Tu as probablement rencontré le terme de "non détectable" dans tes lectures sur le TAR. Il signifie que la quantité de virus présents dans ton sang (appelée "charge virale" par les médecins) est si basse que le virus ne peut être décelé dans les analyses sanguines. Des études ont montré que si tes niveaux du virus sont restés indétectables pendant au moins 6 mois, tu ne cours aucun risque risque de transmettre le VIH à ton ou ta partenaire par contact sexuel.1

    Les risques pour ta santé sont aussi bien moindres que si tu n’étais pas sous traitementt.2 Pour augmenter au maximum tes chances de réduire ta charge virale à un niveau indétectable, tu dois suivre ton TAR conformément aux prescriptions et faire contrôler régulièrement ta charge virale.

  • La plupart des TAR suppriment le virus en l’empêchant de se multiplier dans le sang. Si tu ne prends pas régulièrement tes médicaments ou que tu oublies de prendre des doses, cette suppression n’est pas aussi efficace et il peut alors arriver que la charge virale devienne détectable dans les tests de routine.2 Cela peut aussi accroître ton risque de développer une résistance permanente à certains types de TAR: durant sa multiplication, le VIH produit parfois une variante différente de lui-même qui ne peut plus être supprimée par ton TAR. Cela peut réduire le nombre d’options de traitement disponibles pour traiter ton cas.2 Pour en savoir plus sur les différents TAR, clique ici.

  • Non, bien sûr que non! On peut avoir l’impression que c’est toujours sur soi que ça tombe quand un traitement médicamenteux semble inadapté, mais les recherches ont montré que la prise régulière d’un TAR peut poser problème à bien des personnes et dans beaucoup de différentes situations. Les facteurs suivants susceptibles d’affecter la prise de médicaments chez certaines personnes ont été ont identifiées dans les recommandations relatives au traitement du VIH:

    • la stigmatisation
    • des problèmes liés à l’âge, tels que la prise de nombreux médicaments pour d’autres maladies
    • l’abus de substance actives
    • des difficultés à se rendre à des rendez-vous ou à parler aux médecins
    • les effets secondaires.

    Si tu as de la peine à prendre ton TAR conformément aux prescriptions, parle à ton médecin de ce qui te préoccupe. Et si tu prenais contact avec les groupes d’entraide de ta région?

  • Les recherches sur les TAR pris sur une longue durée (de moins de 2 ans à plus de 8 ans) n’ont mis en évidence aucun accroissement du risque de décès lié ou non lié au SIDA.3 Autrement dit, ces médicaments n’étaient pas suspectés d’augmenter le risque de mourir de causes attribuées au VIH, au SIDA ou à d’autres maladies. L’étude incluait plus de 12 000 patients prenant leurs médicaments sur différentes durées allant de moins d’un an à 10 ans ou plus.3 Elle a également montré une diminution significative des décès liés et non liés au SIDA suite à la prise d’un TAR sur 2 ans.3

    Chez certaines personnes, un TAR peut également provoquer des effets secondaires toxiques; on parle de "toxicité du TAR" dans le jargon médical. Ces effets indésirables sont plutôt dus au médicament lui-même qu’à une réaction négative de l’organisme, p. ex. de type allergique. Pour en savoir plus sur ces effets secondaires toxiques, clique ici.

  • Prendre deux médications ou plus en même temps peut parfois influencer le mode d’action d’un ou plusieurs médicaments. Ces "interaction médicamenteuses", comme on les appelle, peuvent parfois entraîner des effets secondaires. Un TAR qui interagit avec un autre médicament risque de ne pas agir comme prévu et peut augmenter le risque de développement d’une résistance.4

    Si tu prends plus d’un traitement médicamenteux, il est important d’en parler à ton médecin et/ou ton pharmacien. Informe-les de tous les médicaments que tu prends. Il peut s’agir de médicaments prescrits pour d’autres maladies, ou de produits en vente libre tels que des antihistaminiques, des suppléments vitaminés ou des remèdes à base de plantes. Tu dois également informer ton médecin et/ou ton pharmacien de ta consommation éventuelle de drogues récréatives.4

As- tu vu la vidéo de George et Somchai?

George a 93 ans et vit avec le VIH. Regarde l’histoire de sa vie avec le VIH et comment son traitement est passé de 20 à seulement 2 comprimés par jour avec le temps.

  1. Rodger AJ et al. Sexual Activity Without Condoms and Risk of HIV Transmission in Serodifferent Couples When the HIV-Positive Partner Is Using Suppressive Antiretroviral Therapy. JAMA. 2016;316(2):171–181. doi :10.1001/jama.2016.5148.
  2. Schaecher KL. The Importance of Treatment Adherence in HIV. Am J Manag Care. 2013; 19 (12 suppl) :S231-S237 .
  3. Kowalska JD et al. Long-term exposure to combination antiretroviral therapy and risk of death from specific causes: no evidence for any previously unidentified increased risk due to antiretroviral therapy. AIDS. 2012, 28;26(3):315-23.
  4. Terrence Higgins Trust. HIV treatment and other drugs. À lire sur : http://www.tht.org.uk/myhiv/HIV-and-you/Your-treatment/HIV-treatment-and-other-drugs